L’Afrique du Sud en guerre contre les bourses crypto 

Binance Sud Afrique

En Afrique du Sud, le régulateur semble déterminé à poursuivre les mesures restrictives prises contre plusieurs plateformes d’échange des crypto-monnaies dans le pays depuis quelques mois. Brandon Topham, responsable de l’application de la loi auprès de la Financial Sector Conduct Authority (FSCA), a laissé entendre que ces mesures s’appliquent à tous les fournisseurs de services financiers non enregistrés dans le pays et devraient se poursuivre. 

L’Afrique du Sud ne veut pas des acteurs non-enregistrés 

Alors que la Financial Sector Conduct Authority insiste sur le fait que les restrictions imposées aux plateformes d’échange de crypto-monnaies ont pour objectif de protéger le public contre les escroqueries, le blanchiment d’argent et le financement d’actes illégaux, plusieurs y voient une lutte acharnée contre l’émergence du marché crypto dans le pays. 

Brandon Topham, responsable de l’application de la loi auprès de la Financial Sector Conduct Authority (FSCA) a tenu à préciser qu’il n’y avait aucun acharnement contre le secteur crypto en tant que tel. Selon lui, les bourses comme Binance, FTX ou Bybit sont réprimées du fait qu’elles offrent l’accès aux produits dérivés sans se conformer à la loi sud-africaine. 

S’ils proposent un produit dérivé avec la cryptomonnaie comme actif sous-jacent ou de référence, alors eux et d’autres doivent s’inscrire en tant que fournisseur de produits dérivés de gré à gré“, a déclaré Topham avant d’ajouter que “cela n’a rien à voir avec la crypto et tout à voir avec le produit dérivé.

Cette vague de restriction contre les plateformes d’échange de crypto monnaies a débuté en Septembre 2021 lorsque la FSCA a, dans un communiqué, mis en garde les Sud Africains contre l’achat du Bitcoin sur Binance qui, selon l’institution, “n’est pas autorisé à fournir des services financiers”. 

En Février 2022, ce sont les plateformes FTX et Bybit qui ont été déconseillées au Sud Africains dans un communiqué du FSCA pour non enregistrement. Ces avertissements ont contraint Binance à suspendre certaines activités dans le pays depuis Octobre 2021. Pour leur part, FTX et Bybit ont annoncé avoir entamé des contacts avec la Financial Sector Conduct Authority (FSCA) pour trouver une issue favorable. 

Vers un cadre réglementaire pour les cryptomonnaies 

Brandon Topham a également annoncé que son pays édicte en ce moment un cadre réglementaire censé encadrer le secteur crypto. Cette législation devrait considérer les cryptoactifs comme des produits financiers et faciliter l’enregistrement des prestataires de services. 

«Nous envisageons de créer un environnement réglementaire dans lequel ils pourront être enregistrés afin de protéger les clients et les acteurs légitimes. C’est actuellement en cours », a déclaré Topham. 

A ceux qui comme Hermann Vivier, le fondateur de Bitcoin Ekasi, craignent que la nouvelle réglementation des cryptomonnaies marginalise davantage les exclus du système bancaire traditionnel et freine le développement technologique, Brandon Topham répond avec optimisme. « Nous n’essayons pas d’arrêter le développement. Nous ne pouvons tout simplement pas nous précipiter là-dedans”, a-t-il affirmé.

Gloire

Read Previous

L’Ouganda veut sa monnaie numérique de banque centrale

Read Next

Ban du bitcoin en Europe : les dessous du projet de loi MiCA

1 766 Comments