+








Les escroqueries populaires en République Démocratique du Congo

Vous ne l’avez peut-être pas manqué, la semaine dernière la Banque Centrale du Congo s’est lancée dans une chasse aux arnaques. Une d’entre elles a été particulièrement ciblée à Kinshasa. Quelques jours après, le gouverneur de la BCC a signé un message qui est allé jusqu’à épingler bitcoin. Cela démontre à quel point les différentes arnaques qui rôdent dans le coin peuvent être nocifs pour la réputation de bitcoin. C’est pour limiter les dégâts en alertant nos concitoyens sur l’importance de se méfier de multiples escroqueries que nous publions cette liste d’arnaques les plus en vue en RDC.

1. Dagcoin fait révivre onecoin


Vous avez probablement entendu parler de Onecoin, cette escroquerie qui a su collecter quelques milliards de dollars à travers le monde en échange de simples chiffres sans aucune valeur. Dagcoin fonctionne exactement sous le même modèle et son équipe dirigeante vient de la même école. A travers une plateforme nommée succesfactory (une sorte de onelife 2.0), la pseudo cryptomonnaie révolutionnaire vend des jetons accompagnés de cours éducatifs (auxquels vous n’accédez jamais en réalité). Deux ans et demi après sa création à Dubaï, des nouveaux concepts et produits ne fonctionnant jamais dans la vie réelle sont régulièrement créés pour stimuler l’enthousiasme afin d’attirer des nouvelles proies dans le filet. Le prix de dagcoin est artificiellement gonflé par la plateforme loin de toutes les règles de l’offre et de la demande sous des acclamations malheureuses de pauvres victimes. Vous avez donc toutes les bonnes raisons de vous en méfier. La RDC est parmi les pays les plus touchés par cette escroquerie si l’on se réfère aux données de Google trends. Pour aller plus loin dans les recherches sur le sujet, vous pouvez lire cet article un peu plus complet de thecointribune.

2. Mygoldrev ou l’extraction d’or imaginaire


Celle-ci est déjà connue par plus qu’un. En effet elle a fait l’objet d’un communiqué publié par la BCC dans le but d’alerter le public. Mygoldrev se présente comme une société spécialisée dans l’extraction de l’or. Ils proposent un rendement allant de 1.5 à 3.5% par jour et le tout pimenté par un système pyramidal qui vous réserve une cagnotte de 10% à chaque recrutement d’une nouvelle future victime. Tout cela est très beau pour être vrai, aucun business au monde ne peut proposer des retours sur investissement aussi élevés. Retenez-le donc, si mygoldrev est spécialisé dans un domaine, c’est celui de vous soutirer vos précieux avoirs et le moment venu, ils vont simplement disparaître. Ceux qui se sont fait avoir devront dire adieu à leur aventure d’extraction d’or imaginaire.

3. Crowd1, "rejoignez-nous avec 99 et recevez jusqu’à 20k chaque semaine"

 

Dans la présentation, ils affirment que grâce à leur technologie (certainement inexistante) ils construisent le futur du marketing. En parlant de marketing, vous avez certainement vu la phrase d’accueil ci-haut. On peut honnêtement avouer qu’ils ont une certaine compétence en la matière. Sans réfléchir deux fois, comprenez que ce qui les intéressent réellement c’est vos 99. Quant à la couleur des 20k, elle devra rester dans les rêves fous de ceux qui croient à l’argent facile. Crowd1 se dit être spécialisé dans le trading et revendique être investisseur dans plusieurs grandes sociétés qui travaillent notamment dans le gaming. Se présentant comme une société espagnole, google trends révèles un niveau de recherches quasi inexistant dans le pays. Par contre, le mot crowd1 apparaît comme étant trop recherché dans des pays d’Afrique de l’Ouest, ce qui donne une certaine idée sur les origines de cette vaste blague.

Cette liste n’est pas complète, elle met juste en avant les escroqueries les plus rependues en RDC. Nous allons la mettre à jour à mesure que des arnaques similaires nous seront signalées. Par ailleurs, bitcoin.fr référence plus de 7000 autres arnaques, il serait intéressant que nos lecteurs aillent y jeter un œil.


Gloire W

Salut, c’est Gloire

J’entends parler du bitcoin et de sa blockchain en 2014. C’est après la bulle de 2017 que je m’y plonge avec passion, j’en fait mon sujet d’étude.