+








Ethereum, l’ordinateur universel

En 2009, lorsque Bitcoin fait son entrée dans la nouvelle économie, bon nombre de développeurs et chercheurs se sont mis rapidement décortiquer afin d’exploiter les moindres détails et les possibilités de la plateforme. 

Pendant ce temps Vitalik Buterin, jeune originaire de Moscou, passe son temps à trifouiller le monde d’internet et de la programmation informatique.

Son déménagement vers le continent américain et la découverte de Bitcoin lui souffleront une nouvelle idée centrée vers le marché des cryptomonnaies.

Après un long moment d’observation, le jeune prodige lance Ethereum, protocole qui s’inspire de Bitcoin. Le réseau Ethereum est alimenté par un nouveau jeton natif appelé Ether (ETH).

Vitalik Buterin est donc le principal artisan de la création d’Ethereum. Son idée principale est d’aller au-delà de Bitcoin en mettant au point une plateforme qui joue un autre rôle que le simple échange de cryptomonnaies. Le whitepaper d’Ethereum est proposé dès 2013 et suscite l’attention de plusieurs membres de la communauté crypto de l’époque.

Bien décidé de mener à bien son projet, Vitalik s’engage dans une campagne de financement participatif et arrive à récolter 18 millions de dollars. Séduit par les objectifs du projet, des programmeurs s’impliquent dans la construction de la première version d’Ethereum qui sort en 2015, d’abord sous le nom de « Frontier ».

Quelle usage concrète pour Ethereum ?

Bien qu’il soit le résultat du travail de plusieurs cerveaux, le nom de Vitalik restera retenu par la majorité comme celui du concepteur de ce protocole qui a su faire ses preuves. La Blockchain Ethereum reprend les bonnes bases du Bitcoin et constitue une structure décentralisée qui ouvre la voie à l’introduction des nouvelles applications.

Ethereum est une plateforme plus accessible que Bitcoin (du moins à sa sortie). Il est souvent considéré comme la seconde génération des cryptomonnaies. Sa Blockchain est entourée des dApps « Decentralized Applications » ou « Applications Décentralisées ». Ce sont des programmes autonomes qui cernent les conditions préétablies pour effectuer une action.

Ces applications introduisent la possibilité de conclure une vente qui inclut les paramètres de délai, de paiement, de factures, … elles peuvent jouer un rôle central dans la lutte contre la fraude en imposant une transparence garantie par un code ; chose qu’on ne pouvait faire à l’époque d’une manière efficace sur le Bitcoin.

L’entreprise de Vitalik inspire bon nombre de projets de plateformes décentralisées. Ce qui a incité un nombre conséquent d’Altcoins modernes à se ruer sur son modèle.

Une fête gâchée par un hack

Malgré le grand succès qu’a rencontré Ethereum, une ombre plane sur ce brillant projet. Le hack de theDAO, une application décentralisée, hante encore la communauté entière.

En effet, un vol d’un peu plus de 50 millions de dollars a poussé les ténors du projet d’enclencher un roll-back, une action consistant à supprimer du réseau les transactions liées aux fonds dérobés en effectuant une sorte de double dépense, un même problème que la Blockchain est censé résoudre.

Ce drame a suscité un débat profond sur la décentralisation et le caractère immuable vanté par les soutiens de la Blockchain ; cela ne s’est pas limité aux simple débats : le protocole a été scindé en deux, les partisans du roll-back suivi une nouvelle chaîne gardant le nom initial (Ethereum). Quant à la version originale, son développement avance actuellement sous le nom d’Ethereum Classic (ETC).

L’ambition de Vitalik Buterin est de diriger le marché vers ouverture de l’écosystème Blockchain à des nombreux secteurs. Un cas d’usage qui emmène la Blockchain devenir la réponse à plusieurs problèmes tout en la rapprochant d’une communauté plus large. Ce qui fait d’Ethereum un protocole incontournable, à l’origine d’une grande évolution…


Héritier Hamba

Je découvre bitcoin en 2017 étant étudiant. Après la bulle, je me lance à fond pour comprendre sa proposition de valeur. je vais jusquà en faire mon sujet de mémoire défendu en Juillet 2018. Depuis lors, je me sent lié à cet écosystème.