+








Des rumeurs sur une arnaque démantelée à Kinshasa

Un communiqué attribué à la banque Centrale du Congo circule depuis ce matin. Titré « mémorandum sur la collecte illégale de l’épargne du public », il met en cause « mygoldrev », une structure se présentant comme « une société opérant aux Etats-Unis, en Espagne… et spécialisée dans les transactions ayant trait à l’exploitation, la vente et le stockage de l’or ».

Selon le document dont Chainglob a consulté la copie, La BCC (Banque Centrale du Congo) indique avoir mandaté une « équipe de superviseurs » avec comme mission la collecte les données nécessaires sur Mygoldrev. Après les investigations, elle retient que la prétendue « société minière » opère en RDC au travers de ses promoteurs, Messieurs Serge KASANDA et Jean-Petit SALUMU, le dernier agissant par le biais de ses Etablissements JPS qui organisent une collecte illégale de l’épargne du public.

La BCC constate également que la fameuse société organise "une campagne de sensibilisation assortie des promesses de taux d’intérêts alléchants (allant de 2.5% à 3.5% par jour), des bonus et autres avantages en nature (bidons d’huile, motos, véhicules… selon l’importance des mises initiales".

Une arnaque dans l’arnaque

Au-delà des taux d’intérêts journaliers vachement élevés, les agents locaux de Mygoldrev feraient payer à leurs clients "des frais de transferts de 15% du montant de la mise" tout en procédant à une "retenue de 10% lors du retrait des fonds". C’est probablement ces opérations qui rendent possible la remise de récompenses en nature selon un commentateur du dossier.

Nos sources renseignent que les opérations sur mygoldrev s’effectuent en bitcoin et que la plupart d’utilisateurs novices n’en voient jamais la couleur. En effet, les équipes locales gardent les bitcoins pour limiter la carence en cryptomonnaie au moment de l’accueil de nouveaux "investisseurs". Les non familiarisés aux cryptomonnaies se font payer en fiat après un rançonnement de près de 10%.

Des mesures pour stopper la supercherie

Après la mise à lumière des activités illicites, la BCC a notifié aux responsables locales de mygoldrev "une injonction de cessation immédiate de collecte illégale" et de "restitution immédiate des mises reçues"

L’institution congolaise propose également une mise en détention préventive de responsables locaux de mygoldrev ainsi que le gel de leurs avoirs logés dans les banques congolaises.

Enfin, la Banque Congolaise note les conséquences néfastes de ces genres d’activités sur l’épargne tout en rappelant les tristes histoires similaires qui ont conduit à la perte de sommes importantes du contribuable congolais.

« Cette activité frauduleuse [...] est susceptible de compromettre la paix sociale, à l’instar des opérations de triste mémoire connues sous les dénominations respectives de BINDO, DUTCH INTERNATIONAL… »

Plusieurs escroqueries opèrent toujours librement au pays sous le regard impuissant de la communauté. Les appels à l’action ne sont souvent pris en compte que tardivement, après que des milliers de concitoyens y aient laissés leurs plumes. Par ailleurs, cette intervention de l’autorité de régulation reste un pas de plus vers la bonne direction.


Gloire W

Salut, c’est Gloire

J’entends parler du bitcoin et de sa blockchain en 2014. C’est après la bulle de 2017 que je m’y plonge avec passion, j’en fait mon sujet d’étude.