Sandile Shezi poursuivi pour fraude en Afrique du Sud

Prison bitcoin

Cofondateur de la société Global Institute Forex basée à Durban en Afrique du Sud, Sandile Shezi s’est autoproclamé “premier jeune millionnaire de son pays”. Son activité principale : le trading forex et celui des cryptomonnaies, principalement bitcoin. Aujourd’hui, le jeune de 29 ans est sous le coup des poursuites judiciaires pour fraude. Il aurait promis à ses clients des gains annuels allant de 100 à 200% des actifs sous sa gestion mais rien ne s’est visiblement passé comme prévu.

Shezi en défaut de paiement depuis 2017

Un mandat d’arrêt a été émis par la police Sud-Africaine la semaine dernière contre Sandile Shezi, responsable de la société Global Institute Forex, spécialisée dans la formation sur les marchés financiers. Les poursuites judiciaires font suite aux plaintes émises par deux Sud-Africains qui estiment avoir été arnaqués par Sandile Shezi qui n’aurait pas respecté ses engagements en rapport avec le partage des bénéfices tirés de son activité de Trading comme initialement convenu entre les deux parties. 

Le plaignant Allan Ledwaba qui reconnaît avoir pris part à un séminaire de formation animé par la Global Institute Forex en 2016, a déclaré avoir versé à Shezi 500 000 rands (environ 35 000 USD) en titre d’investissement

“L’accord était que chaque année, il nous donnerait des bénéfices, puis le montant total que nous avions investi par la suite” a déclaré Ledwaba à City Press. À ce jour, Ledwaba affirme n’avoir reçu que 40 000 rands de bénéfices et une voiture qu’il a vendu pour essayer de récupérer une partie de son investissement.

Le deuxième plaignant est un ancien directeur d’école du Limpopo qui affirme avoir démissionné de son emploi pour investir sa pension dans la Global Institute Forex et gagner le double de l’investissement dès l’année suivante. 

« J’ai investi 1 million de rands en 2019. Il nous envoyait des dividendes tous les mois, mais, à la fin de l’année, il a commencé à dire que les affaires étaient difficiles “ a déclaré l’ex directeur d’école qui n’a finalement reçu jusqu’à aujourd’hui que 100 000 rands malgré sa demande formulée à Mars 2021 pour retirer toute sa mise de l’accord. 

La réplique de Sandile Shezi et ses avocats 

Comme on pouvait bien s’y attendre, Sandile Shezi a nié catégoriquement les accusations portées contre lui. Pour lui, la société Global Institute Forex n’est pas un fournisseur des services financiers mais juste un centre de formation aux marchés boursiers. « Ces actionnaires ont souscrit non pas à des investissements, mais à notre programme d’éducation » déclare-t-il dans les colonnes du Sunday Times. Sandile Shezi, qui envisageait de se rendre à la police pour répondre aux accusations portées contre lui, n’exclut pas la possibilité d’acheter les actions de deux plaignants.  

L’équipe de défense de Sandile Shezi a aussi vigoureusement réagi dans la presse. Dans une déclaration publiée via Instagram le 15 octobre dernier, les avocats de Shezi ont menacé de poursuivre tout celui qui l’accusera de fraude. Maître Lloyd Moonean, un de ses avocats a même légèrement abordé le fond de l’affaire dans les colonnes de City Press. Tout en accusant M. Ledwaba de diffamation contre son client sur les réseaux sociaux, Moonean a également déclaré que la vente par Ledwaba du véhicule que Shezi lui avait acheté signifiait qu’il n’avait pas respecté le contrat entre les deux parties. L’avocat s’est tout de même réservé de tout commentaire dans l’affaire de l’ex-directeur d’école de Limpopo.

Stewart

Read Previous

Forte adoption du bitcoin au Nigéria

Read Next

Ce parc veut du bitcoin pour sauver les gorilles de montagne

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Most Popular