Forte adoption du bitcoin au Nigéria

Bitcoin au Nigeria

Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est un État Africain qui est en tête de liste dans le classement des pays dont les citoyens utilisent le plus bitcoin et ce, malgré une réglementation inexistante et parfois répressive. Voici ce qu’il faut retenir de la surprenante performance du Nigeria dans l’adoption du bitcoin et les tendances actuelles à travers le monde. 

Deux pays Africains au podium

Une enquête trimestrielle menée par l’agence d’analyse Finder auprès de 41 645 personnes dans 22 pays sur l’adoption des crypto-monnaies renseigne que deux pays Africains figurent dans le TOP 22 des pays ayant un taux élevé d’adoption des crypto-monnaies au monde. Il s’agit du Nigéria dont 24.2% de la population déclarent posséder une crypto monnaie et de l’Afrique du Sud dont 10.4% de la population utilisent les crypto monnaies. Si le Nigeria occupe la première place du classement mondial devant la Malaisie (18.0%) et l’Australie (17.7%), l’Afrique du Sud occupe le 11 ème rang en égalité avec les États Unis d’Amérique qui ont un taux d’adoption des crypto monnaies de 10.4%, un peu moins de la moyenne mondiale qui est de 11,4 %. 

Bitcoin toujours au premier rang

Au Nigeria, comme partout ailleurs, le bitcoin est de loin la crypto monnaie la plus utilisée. 66.5% des détenteurs de crypto-monnaies au Nigeria affirment détenir du bitcoin, loin devant la moyenne mondiale qui est de 58.9%. Il faut tout de même noter que certaines crypto-monnaies connaissent un taux d’adoption assez impressionnant dans certains pays. Il s’agit par exemple d’Etheureum détenu par 52.4% des propriétaires des crypto-monnaies du Singapour, de Dogecoin détenu par 30,6% des propriétaires de crypto aux USA ou encore de Cardano détenu par 26,3% des propriétaires crypto de l’Australie. 

La cryptosphère : un monde très masculin

L’enquête note également un écart notable dans l’adoption de la cryptographie entre les hommes et les femmes. Parmi les propriétaires des cryptomonnaies au monde, seules 41% sont des femmes, légèrement plus qu’au Nigeria où elles représentent 37.1% des propriétaires crypto. Il faut tout de même noter des variations majeures selon les pays. Si elles sont seulement 22.1% à détenir les crypto-monnaies au Japon, les femmes représentent 53.7% des propriétaires des crypto-monnaies au Mexique.

Nigeria : Un succès dans un contexte difficile 

L’écosystème crypto n’est pas sans embûches au Nigeria et un tel succès est plutôt paradoxal. En effet, une déclaration officielle de la banque centrale Nigériane datant du 8 Février 2021 exigeait la fermeture de tous les comptes de cryptomonnaie au pays. 

Cependant, ces restrictions n’ont pas freiné l’intérêt croissant des Nigérians pour le bitcoin. En effet, ce dernier constitue une alternative à la dépréciation constante du Naira, la monnaie officielle du pays et leur permet d’envoyer et recevoir plus facilement de l’argent. 

Bien plus, le régulateur Nigérian, qui tentait de freiner l’adoption du bitcoin semble avoir découvert les avantages qu’il peut apporter vertus et s’intéresse de plus en plus au secteur crypto. Fin septembre 2021, la banque centrale Nigériane a annoncé vouloir lancer début octobre 2021, la version numérique du Naira, la monnaie officielle du pays pour “stimuler l’inclusion financière ainsi que le commerce local et international”

Le récent lancement du eNaira, la version numérique du Naira, la monnaie officielle du pays, demeure un projet qui témoigne de l’évolution de la narrative du pouvoir public à l’égard des cryptomonnaies et cela malgré ses défauts hérités de la monnaie fiduciaire (inflation, manipulation par l’Etat, absence de vie privée, etc).

Détenues par près de 11.5% des personnes connectées à internet dans le monde, les cryptomonnaies, avec bitcoin en tête, sont passées du stade de produits financiers obscurs à une véritable révolution financière faisant de plus en plus partie de notre quotidien. Le cas du Nigeria est un exemple frappant de la possibilité qu’ont les habitants des pays en développement de profiter des avantages financiers et de gouvernance offerts par le bitcoin malgré de fortes restrictions officielles et l’absence d’une réglementation sérieuse. 

PARTAGER :

Stewart

Read Previous

Bitcoin pour redresser l’économie au Nigeria et au Zimbabwe

Read Next

Sandile Shezi poursuivi pour fraude en Afrique du Sud