Moneygram intègre l’USDC

© Chainglob

Les transferts internationaux des fonds, qui constituent un pilier important de l’essor économique des pays en voie de développement, sont soumis à des frais de transaction exorbitants de la part des grandes sociétés de transfert comme Western Union, MoneyGram, les banques, etc. Les cryptomonnaies qui permettent un transfert rapide, sécurisé et bon marché pourraient constituer l’alternative et l’un des géants du secteur, l’Américain Moneygram semble l’avoir compris. 

Moneygram veut réduire le coût des transactions 

Après son partenariat avec la plateforme d’échange et opérateur d’ATM Bitcoin Coinme le 12 Mai dernier, la société Américaine MoneyGram, spécialisée dans le transfert des fonds à l’international vient de faire un pas de plus dans la connexion entre la finance traditionnelle et l’écosystème Crypto. Le 06 Octobre 2021, Moneygram a signé un partenariat avec Stellar Development Foundation (SDF), une société à but non lucratif qui soutient le développement de la Blockchain Stellar ainsi que Circle, l’entreprise derrière le stablecoin USDC, une cryptomonnaie qui réplique la valeur dollar américain. 

Frais moneygram

Ce nouveau partenariat offre aux utilisateurs de MoneyGram la possibilité de convertir leurs USDC en cash ou inversement et de les transférer partout dans le monde dans la monnaie de leur choix, le tout avec des frais de transaction largement revus en baisse (moins de 3% selon certaines sources). Autre avantage, l’argent pourra arriver directement dans un portefeuille électronique. Ce partenariat qui construit « un pont qui connecte les monnaies numériques aux monnaies fiduciaires locales » selon Alex Holmes, président et PDG de MoneyGram est “un exemple des implications positives de la technologie blockchain dans le développement d’un système financier plus équitable, accessible, rapide et sécurisé.” 

Une aubaine pour l’Afrique ?

Avec sa couverture géographique étendue sur 50 pays sur les 54 que compte l’Afrique, MoneyGram occupe une place importante dans le secteur des transferts de fonds sur le continent. En République Démocratique du Congo par exemple, les services du géant américain sont accessibles dans toutes les agences de la Rawbank, Afriland First Bank, United Bank of Africa, Advans, African Express, Finca, Solidaire Transfert, Trai et Transcash

De nombreux autres pays en revenu faible pourraient tirer profit du deal entre Circle et Moneygram  de ce partenariat en raison de l’importance des fonds qui leur sont transférés et du réseau très développé de MoneyGram. En effet, les transferts internationaux vers ces pays dépassent les 500 milliards de dollars US par an et constituent de ce fait le plus important apport financier extérieur à leur développement. Mais les canaux traditionnels de transfert de fonds sont tellement coûteux. Les frais atteignent souvent plus de 10% du montant envoyé. Une partie de ce manque à gagner pourrait être couverte si Moneygram réduit suffisamment les frais. 

Autrement, et cela malgré ce grand pas dans l’écosystème crypto, Moneygram va rester  souffrant de maux de la finance traditionnelle. En plus, ses clients ne peuvent toujours pas avoir un contrôle total sur leur argent, le recevoir sans parcourir parfois des kilomètres moins encore avoir une vie privée respectée ou être à l’abri d’un taux de change en monnaies locales très élevé; des problèmes parfaitement résolus par bitcoin.

PARTAGER :

Stewart

Read Previous

2 millions de dollars pour sortir l’Afrique d’un système financier archaïque : le pari d’Ejara

Read Next

Envoyer l’argent en République Démocratique du Congo